News / Brèves
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

Conférence internationale de l’Institut Schiller les 8 et 9 juillet 2023 Strasbourg, France

Printable version / Version imprimable

Les 8 et 9 juillet, se tenait à Strasbourg une conférence internationale organisée par l’Institut Schiller. Objectif, mobiliser au sein des nations européennes une opposition à la guerre menée sur le sol européen par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et leurs vassaux de l’OTAN, contre la Russie. Cette guerre, menée via Ukraine interposée, menace chaque jour davantage de dégénérer en conflit mondial, susceptible de prendre à tout moment une dimension nucléaire.

Face à cette menace, l’Europe doit s’orienter vers une alliance pour la paix et le développement, avec l’ensemble des pays qui y sont déterminés : le Sud planétaire, la Chine et la Russie, que cela plaise ou non aux tenants de « l’ordre international basé sur les règles » (Rules Based Order), c’est-à-dire de règles écrites par et pour ceux-là mêmes qui entendent exercer un pouvoir sans partage. A Strasbourg, plus de trente intervenants d’Europe, de Russie, de Chine, des États-Unis et de nombreux pays du « Sud global » se sont adressés aux deux cent cinquante participants venus des principaux pays européens : France, Allemagne, Italie, Belgique, Suède, Danemark, Autriche, Lettonie, entre autres, ainsi que des pays du Sud.

Parmi les orateurs qui se sont exprimés aux côtés de Mme LaRouche sur les enjeux stratégiques du monde figuraient deux invités de marque en la personne de S.E. l’ambassadeur de Chine en France, Lu Shaye et S.E. Ilya Subbotin, Ministre conseiller de l’Ambassade de Russie en France. En tant qu’auteur et journaliste indien, Mrutyuanjai Mishra, a pu offrir un point de l’intérieur sur le rôle de l’Inde, autre pays membre fondateur des BRICS. Michele Geraci, ancien sous-secrétaire d’État, ministère du Développement économique ; Alain Corvez, colonel (cr), consultant en Affaires internationales et Jacques Cheminade, président de Solidarité & Progrès ont chacun élaboré sur les choix politiques que la France comme l’Italie devraient urgemment faire pour ne pas se retrouver hors de l’histoire.

Soulignons que la contribution de la culture à l’instauration de la paix étant considéré par l’Institut Schiller comme un facteur de grande importance et qui ne saurait rester un vain mot, la conférence a été rythmée par plusieurs interventions musicales avec, en introduction, l’interprétation par Werner Hartman de l’Adagio cantabile de la sonate pour piano, dite Pathétique, de Beethoven. En soirée, la pianiste albanaise Dhurata Lazo et la soprano suédoise Leena Malki ont offert un magnifique concert, avec un programme réunissant des œuvres de Chopin, Mozart, Schubert et Verdi.

Répondre aux attentes du Sud planétaire

La conférence de Strasbourg, et le processus de délibération qu’elle a permis, contrastait fortement avec le « Sommet pour un nouveau pacte financier mondial » organisé à Paris, le 22 juin, par Emmanuel Macron, dans une tentative peu convaincante de récupérer les dirigeants du Sud en révolte contre l’arrogance et la volonté de domination du G7. La promesse de petites réformes, toujours dans le cadre des anciennes institutions de Bretton Woods (Banque mondiale et FMI), ajoutées aux 100 milliards de dollars, déjà promis en 2015 mais jamais donnés, pour des investissements dans la bulle verte ont caractérisé une fois encore le type d’approche que rejettent précisément les pays du Sud planétaire.

A Paris, certains dirigeants de ces pays, qui participaient au sommet d’Emmanuel Macron, à l’instar des présidents brésilien et sud-africain, ont confronté l’hypocrisie de leurs homologues européens et leurs promesses cent fois répétées et jamais tenues mais qui, aujourd’hui, ont la prétention de leur interdire l’accès à l’industrialisation de leur pays au nom du « réchauffement climatique ». « Montrez-nous que ces conférences internationales sont vraiment utiles », a déclaré le Président sud-african Ramaphosa. « Décidons maintenant de financer le projet de barrage d’Inga » qui aurait la capacité de générer jusqu’à 70 000 mégawatts d’électricité et de remplacer toutes les centrales à charbon du pays.

Rétablir la paix

Autre aspect d’importance, la conférence de l’Institut Schiller se tenait à la veille du sommet mondial de l’OTAN, les 11 et 12 juillet à Vilnius, en Lituanie, dans le but de rendre visible les solutions positives et de mobiliser les forces qui, partout dans le monde, se lèvent contre les va-t’en-guerre de l’Alliance atlantique. La décision par les Etats-Unis et la France de livrer des armes particulièrement meurtrières à l’Ukraine, bombes à fragmentation pour les Etats-Unis, missiles de longue portée SCALP pour la France, est une illustration tragique de cet effondrement moral dans un contexte où l’OTAN a décidé de ne pas inviter l’Ukraine à rejoindre l’OTAN avant la fin de la guerre, mais de l’armer de telle sorte que, en théorie, la Russie ne puisse plus jamais la menacer.

Comme cela a été clairement souligné, si elles ne sont pas stoppées, ces politiques ont le potentiel d’entraîner la destruction de l’espèce humaine par une nouvelle guerre mondiale qui, aujourd’hui, dériverait inéluctablement vers une guerre thermonucléaire.

Programme

SAMEDI 8 JILLET

Première session

LA PAIX DANS LE MONDE A TRAVERS UNE NOUVELLE ARCHITECTURE DE SÉCURITÉ ET DE DÉVELOPPEMENT POUR CHAQUE PAYS

Introduction musicale

Modérateur : Harley Schlanger

Faites fleurir un jardin parmi des millions de jardins
Helga Zepp-LaRouche, fondatrice et dirigeante de l’Institut Schiller international, Allemagne

Le rôle de la Chine pour la paix et le développement
S.E.M. Lu Shaye, Ambassadeur de Chine en France

Que veut vraiment la Russie dans ses relations avec l’Europe - La paix ou la guerre ?
S.E.M. Ilia Subbotin, Ministre-conseiller auprès de l’ambassade de la Fédération de Russie en France

Le rôle de l’Inde en tant que médiateur de paix en ces temps difficiles
Mrutyuanjai Mishra, auteur et journaliste, Inde

La Ceinture et la Route vaut mieux que la route des tanks !
Michele Geraci, ancien sous-secrétaire d’État, ministère du Développement économique ; professeur de pratique en politique économique, université de Nottingham, Ningbo ; professeur honoraire d’économie à l’Université de Bejing ; professeur adjoint de finance, Université de New York, Shanghai ; ambassadeur En-ROADS pour le climat- Climate Interactive/MIT, Italie ;

Réflexions sur la paix du point de vue d’un Allemand de l’Est
Col. Hans-Joachim Lemke (cr), rédacteur en chef de Kompass, magazine de l’Association pour le souvenir des traditions de l’Armée populaire nationale (NVA) et des troupes frontalières de la RDA (Verband zur Pflege der Traditionen der Nationalen Volksarmee und der Grenztruppen der DDR), Allemagne

Face à l’échec militaire contre la Russie en Ukraine, la surenchère des Etats-Unis franchira-t-elle le seuil nucléaire ?
Col. Alain Corvez (cr), consultant en Affaires internationales, ancien conseiller au ministère français de l’Intérieur, France
2ème session

2ème session

POURQUOI IL EST DANS L’INTÉRÊT STRATÉGIQUE DES NATIONS DE COOPÉRER AVEC LE SUD GLOBAL

Modératrice : Elke Fimmen

L’émergence du Sud planétaire contre les blocs géopolitiques
Jacques Cheminade, Président de Solidarité & Progrès, France

Planifier l’intégration, la coopération et la croissance avec les BRICS : les faux pas et les risques
Julio Miguel de Vido, ancien ministre de la planification fédérale, des investissements publics et des services (2003-2015) sous les gouvernements de Nestor et Cristina Kirchner, Argentine

L’importance décisive d’une alliance entre la Turquie, la Russie, l’Iran et la Chine à la veille de l’ère eurasienne
Dr. Doğu Perinçek, président du parti Vatan, Turquie

Syrie, les raisons d’espérer
Patricia Lalonde, ancienne eurodéputée, chercheuse associée à l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE), France

L’histoire des relations France-Chine, l’exemple du nucléaire
Hervé Machenaud, ancien directeur exécutif du groupe EDF (pour l’ingénierie et la production) et ancien directeur de la branche Asie-Pacifique, France

L’humanité et l’Afrique ont besoin de la science
Dora Muanda, enseignante, biologiste, directrice scientifique de la Semaine des sciences et technologies de Kinshasa, République démocratique du Congo

• Partenariat stratégique pour le développement rapide de l’Afrique
Andrews Nkansah, secrétaire-général adjoint du Congrès de la diaspora africaine (États-Unis), GhanaFace au risque de nouvelle guerre mondiale, les pays européens doivent coopérer avec le Sud planétaire

L’eau pour la paix et le développement
Alain Gachet, spécialiste de l’eau, président de Radar Technologies International (RTI), inventeur du procédé Watex (Water Exploration) de localisation des ressources aquifères par satellite, FranceFace au risque de nouvelle guerre mondiale, les pays européens doivent coopérer avec le Sud planétaire

3ème session

UNE COALITION MONDIALE POUR LA PAIX AU-DELÀ DES CLIVAGES POLITIQUES, LE CAS PARTICULIER DES ÉTATS-UNIS, LE RÔLE DU VATICAN ET DU SUD

Modérateur : Claudio Celani

La vision de la paix de Kennedy
Harley Schlanger, vice-président du comité de direction de l’Institut Schiller, États-Unis

Les peuples du monde doivent faire entendre leur voix
S.E.M. Donald Ramotar, ancien président du Guyana (2011-2015), ancien membre du Parlement (1992-2011) et secrétaire général du People’s Progressive Party (PPP), syndicaliste

Faire des Etats-Unis une force au service du bien
Diane Sare, candidate au Sénat américain, États-Unis

Les changements révolutionnaires en Asie du Sud-Ouest
Hussein Askary, vice-président de l’Institut BRIX et coordinateur pour l’Asie du Sud-Ouest de l’Institut Schiller, Suède

L’Italie et la guerre : un référendum important pour arrêter l’envoi d’armes à l’Ukraine
Alessia Ruggeri, syndicaliste, membre de la Coalition internationale pour la paix, Italie

L’absence de stratégie des pays occidentaux pour éviter la guerre nucléaire
Jens Jørgen Nielsen, historien, auteur, ancien correspondant de Politiken à Moscou, représentant du dialogue russo-danois, Danemark

DIMANCHE 9 JUILLET

4ème session

UNE CULTURE POUR ÉMANCIPER ET DÉVELOPPER LES CAPACITÉS CRÉATIVES DE CHAQUE ÊTRE HUMAIN. UN DIALOGUE ENTRE LES CULTURES ET LES CIVILISATIONS

Introduction musicale

Modérateur : Karel Vereycken

Les valeurs humanistes européennes face à la culture de la guerre ; Que dirait Erasme de la paix en Ukraine ?
Pr. Luc Reychler, (PhD Harvard, 1976), professeur émérite de relations internationales à l’Université de Louvain et ancien directeur du Centre de recherche sur la paix et les études stratégiques (CPRS), Belgique

Pacem in Terris et civilisation de l’amour
Liliana Gorini, présidente de Movisol, Italie

La culture, clé de la paix
Maurizio Abbate, Institut national italien pour les activités culturelles, rattaché au ministère de la culture, Italie

Sur la diabolisation de la culture russe
Tatjana Zdanoka, députée européenne, membre de l’Union russe de Lettonie, Lettonie

La Paix par la Culture. Europe
Liz Augustat, première vice-présidente de l’association internationale , Autriche

5ème session

L’ÉCOLOGIE SCIENTIFIQUE ET L’ÉVALUATION DU DÉFI CLIMATIQUE, L’ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET DE LA FAIM DANS LE MONDE EST LA PRIORITÉ

Modérateur : Stephan Ossenkopp

L’écologie scientifique est instrumentalisée par la pensée magique
Christian Lévêque, directeur de recherche émérite à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et spécialiste des écosystèmes aquatiques. Président honoraire de l’Académie d’agriculture de France et membre de l’Académie des sciences d’Outre-mer, France

Politique climatique de l’UE : Un désastre pour la production à haute intensité énergétique...
Hans-Bernd Pillkahn, ingénieur, PDG de PROASSORT, métallurgie, Allemagne

• La désindustrialisation – non pas par hasard mais par dessein. L’exemple de la raffinerie PCK de Schwedt
Frank Bornschein, conseiller municipal de Schwedt/Oder, représentant de Paix-Liberté-Souveraineté

Climat : entre urgence et connaissance
Alberto Prestininzi, géologue, Université Sapienza de Rome, directeur du Centre de recherche CERI, Italie

Comment les cycles solaires déterminent le climat de la Terre.
Carl-Otto Weiss, Conseiller de l’Institut européen du climat et de l’énergie (EIKE), professeur et directeur de l’Institut fédéral allemand de métrologie, Braunschweig, Allemagne