News / Brèves
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

Vite un sommet du P5 de l’ONU pour stopper l’escalade !

Printable version / Version imprimable

S&P—Une véritable course contre la montre est en cours, avec d’un côté la dynamique belliqueuse entretenue par les milieux anglo-américains à l’encontre de la Russie et de la Chine, et de l’autre la dynamique de coopération internationale, représentée par la proposition de Vladimir Poutine de réunir les cinq membres permanents (P5) du Conseil de sécurité de l’ONU.

La situation stratégique internationale devient chaque jour plus périlleuse. Hystérisé par l’état de banqueroute générale du système financier néolibéral, le complexe militaro-financier anglo-américain alimente une fuite en avant dans une confrontation géopolitique Ouest-Est. Ces derniers jours, alors que la tenue du sommet P5 proposé par Poutine se précise, les faucons de guerre anti-chinois ont amplifié leur rhétorique.

Guerre froide réchauffée entre la Chine et les USA

Le degré actuel de frénésie paranoïaque dépasse sans doute de loin celui qui avait régné à l’époque de la chasse aux sorcières anti-communiste menée par le sénateur McCarthy. Plusieurs responsables de premier plan du gouvernement américain – le secrétaire d’État Mike Pompeo, le secrétaire à la Défense Marc Esper, le ministre de la Justice William Barr, le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien et le président Trump lui-même – ont multiplié les accusations à l’encontre de la Russie et de la Chine, reprenant à leur compte les mensonges concoctés par les services secrets britanniques sur l’origine et l’extension de la pandémie de Covid-19.

Dans un discours prononcé à Grand Rapids, dans le Michigan, William Barr a décrit les Nouvelles Routes de la soie chinoise comme un « Blitzkrieg économique », en référence à la tactique d’agression militaire employée par l’Allemagne nazie. Il a accusé le Parti communiste chinois de « chercher à utiliser l’immense pouvoir, la productivité et l’ingéniosité du peuple chinois pour renverser le système international basé sur des règles [« Rules-based international order », toujours le mantra des Atlantistes] et pour orienter le monde vers la dictature ».

De son côté, lors de son déplacement à Paris la semaine dernière, Robert O’Brien a mis la pression sur les Français, les Italiens, les Britanniques et les Allemands pour les inciter à bloquer le développement de la 5G par Huawei. Le 14 juillet, le Premier ministre britannique Boris Johnson a lui-même cédé, annonçant sa décision d’interdire Huawei en Grande-Bretagne.

Chose notable cependant, reflétant le refus de la France et d’autres milieux américains, de se laisser intimider, au moment-même où O’Brien menait ses intrigues contre la Chine à Paris, se tenait le « 20e Dialogue stratégique franco-chinois », coprésidé par le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et Emmanuel Bonne, le conseiller diplomatique de Macron. ...suite