News / Brèves
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

Face à la menace d’une guerre nucléaire avec la Russie : Le Bundestag a-t-il perdu la tête ?

Printable version / Version imprimable

Helga Zepp-LaRouche réagit à l’envoi par l’Allemagne d’armes lourdes en Ukraine

Helga Zepp-LaRouche a écrit un article dans l’hebdomadaire allemand Neue Solidarität pour le numéro du 5 mai 2022. Nous le reproduisons ici tant il concerne l’ensemble des pays européens et tout particulièrement la France.

La décision irresponsable et hautement dangereuse du gouvernement allemand et du Bundestag de céder à la pression du gouvernement américain, de l’OTAN et des bellicistes dans leurs propres rangs, et d’accepter la livraison d’armes lourdes à l’Ukraine, doit immédiatement être annulée. Elle représente un danger aigu pour l’existence de l’Allemagne, car elle fait de nous des participants à la guerre avec les États-Unis, la Grande-Bretagne et d’autres États membres de l’OTAN qui fournissent également un vaste arsenal d’armes à l’Ukraine et entraînent les troupes ukrainiennes dans leur propre pays voir même, selon le journaliste du Figaro Georges Malbrunot, à l’intérieur de l’Ukraine. C’est aussi un grand pas dans l’escalade vers une troisième guerre mondiale nucléaire. Au lieu de cela, l’Allemagne et la France doivent faire pression, avec beaucoup de force, pour un cessez-le-feu immédiat et une solution diplomatique.

L’administration Biden tente de masquer sa participation à la guerre par procuration contre la Russie, avec des déclarations du président Joe Biden selon lesquelles l’option militaire en Ukraine ne serait pas sur la table, car personne ne voudrait déclencher la troisième guerre mondiale. Mais étant donné les livraisons massives d’armes, les diverses aides s’élevant à 14 milliards de dollars au cours des deux derniers mois, et maintenant 33 milliards de dollars supplémentaires, et étant donné le partage de renseignements avec les forces armées ukrainiennes, comme l’admet ouvertement la porte-parole de la Maison Blanche, Jennifer Psaki, les États-Unis sont déjà de facto un participant à la guerre.

Bruce Fein, expert américain en droit constitutionnel et ancien procureur général associé de l’administration Reagan, soutient que les États-Unis et les pays membres de l’OTAN sont déjà co-belligérants dans cette guerre. John Henry, le président du Comité pour la République, qui comprend d’anciens diplomates et membres du gouvernement bien connus, est d’avis qu’en vertu du droit international, cela donne à Vladimir Poutine le droit d’entreprendre une action militaire contre les États-Unis et ces pays.

Après que le chancelier Scholz ait refusé, le 22 avril, de livrer des armes lourdes à l’Ukraine, parce qu’il voulait tout faire pour éviter une escalade qui pourrait conduire à la Troisième Guerre mondiale, son intention s’était évaporée trois jours plus tard. Le ministre allemand de la Défense, M. Lambrecht, a annoncé, juste à temps pour la grande réunion du 26 avril à la base aérienne américaine de Ramstein, à laquelle le secrétaire américain à la Défense, M. Lloyd Austin, avait invité les chefs militaires de 40 pays, que la coalition gouvernementale avait décidé la veille de fournir des chars antiaériens Guépard à l’Ukraine. Voilà pour les déclarations du chancelier ou pour la souveraineté de l’Allemagne - elles sont évidemment dénuées de sens.

Le secrétaire d’État Austin a annoncé que de telles réunions se tiendraient désormais une fois par mois sur la base aérienne de Ramstein, qui abrite les quartiers généraux des United States Air Forces Europe et Air Forces Africa, le Allied Air Command Ramstein de l’OTAN, ainsi que le U.S. Air and Space Operations Center, qui contrôle les frappes de drones au Moyen-Orient et en Afrique. L’objectif de ces réunions sera d’optimiser et de coordonner la production d’armes par les industries de l’armement des différents pays. Il est intéressant de noter que l’hôpital militaire américain le plus grand et le plus moderne en dehors des États-Unis, qui est largement financé par l’Allemagne, s’y trouve également. De toute évidence, les décisions les plus importantes sont prises à Ramstein plutôt qu’à Berlin, y compris celle de savoir si l’Allemagne s’impliquera ou non dans la guerre en Ukraine.

Jusqu’à présent, l’OTAN et les gouvernements occidentaux ont fait la sourde oreille aux avertissements de Poutine concernant le franchissement des lignes rouges, bien qu’il ait montré à plusieurs reprises que ses paroles étaient suivies d’actes. Cette fois, nous devrions tenir compte de ces avertissements. Lors d’une réunion avec des législateurs à Saint-Pétersbourg le 27 avril, un jour après l’annonce de M. Lambrecht, M. Poutine a déclaré qu’en cas d’intervention extérieure et de création d’une menace inacceptable pour la Russie, les frappes de représailles seraient rapides comme l’éclair. La Russie, a-t-il ajouté, dispose à cette fin d’outils que personne d’autre ne possède à ce stade, et ils seront utilisés. Toutes les dispositions, a-t-il dit, ont déjà été prises.

Le même jour, le 27 avril, le Wall Street Journal publiait un article intitulé The U.S. Should Show It Can Win a Nuclear War [Les États-Unis doivent montrer qu’ils peuvent gagner une guerre nucléaire], dans lequel l’ancien sous-secrétaire à la marine Seth Cropsey affirmait que les États-Unis devaient se préparer à gagner une guerre nucléaire s’ils ne voulaient pas la perdre.

Les navires de guerre américains devraient être armés d’armes nucléaires, écrit-il, et détruire les sous-marins russes équipés de missiles nucléaires, qui constituent la principale base de la capacité russe de deuxième frappe. Un fantasme tout aussi fou sous-tendait l’exercice américain Global Lightning, qui s’est déroulé à la fin du mois de janvier 2022 et qui a permis de pratiquer une manœuvre étendue impliquant des méthodes hybrides de guerre conventionnelle et nucléaire.

L’idée qu’une guerre nucléaire limitée est possible et qu’elle pourrait être gagnée, et que de petites armes nucléaires utilisables devraient être déployées, est une folie. L’expert en armes nucléaires Ted Postol a exposé de manière très convaincante, tout récemment dans une interview avec Robert Scheer, les raisons pour lesquelles l’utilisation d’une seule arme nucléaire conduirait inévitablement à une guerre nucléaire générale, menant à l’utilisation de toutes les armes nucléaires existantes. Et tous les crétins politiques qui parlent à la légère de la nécessité de livrer des armes lourdes à l’Ukraine, même si cela signifiait que le risque de guerre nucléaire ne pouvait être exclu, devraient se trouver dans un service hospitalier fermé, et non à des postes de responsabilité politique.

Postol décrit l’effet des armes nucléaires : nous parlons d’un mur de feu qui englobe tout ce qui nous entoure à la température du centre du Soleil. Cela nous réduira littéralement à l’état de cendres, si ce projet est lancé. Je ne peux pas insister sur la puissance de ces armes. Quand elles explosent, elles sont en fait quatre ou cinq fois plus chaudes que le centre du Soleil, qui est à 20 millions de degrés Kelvin. Au centre de ces armes, la température est de 100 millions de degrés Kelvin.[...]

Il décrit ensuite qu’une seule arme nucléaire anéantirait une zone urbaine d’un rayon de 8000 kilomètres, soit une superficie d’environ 120 000 kilomètres carrés, qu’il ne faudrait que 20% des missiles balistiques intercontinentaux [ICBM] américains disponibles pour détruire tous les ICBM russes, et donc que 80% des ogives pourraient être utilisées à d’autres fins (par exemple contre des cibles en Russie, en Chine ou en Allemagne). La Russie, poursuit-il, en raison de son système d’alerte précoce moins performant, a dû mettre en place une réponse automatisée au cas où les dirigeants russes seraient tués par une première frappe nucléaire américaine surprise. La malheureuse incapacité de la Russie à améliorer son système d’alerte précoce, selon Postol, a donné naissance à une arme apocalyptique qui rend la situation beaucoup plus dangereuse, car une erreur fatale pourrait déclencher une guerre nucléaire.

Il devrait donc être clair pour toute personne réfléchie - et les 586 membres du Bundestag qui ont voté pour la livraison d’armes lourdes à l’Ukraine n’en font manifestement pas partie - que la République fédérale d’Allemagne devient de ce fait un co-belligérant, et donc une cible en cas de guerre. Ramstein, Stuttgart, Wiesbaden, Büchel, Pirmasens, Baumholder, pour ne citer que quelques cibles, brûleraient.

Au lieu de poursuivre une direction suicidaire et risquer la fin de l’humanité dans une loyauté mal conçue à l’Alliance [OTAN], l’Allemagne doit travailler pour un cessez-le-feu immédiat et des négociations diplomatiques. Plutôt que de nous laisser entraîner dans une haine de la Russie (et de la Chine) par des journalistes bellicistes mandatés et des femmes armées [1], nous devons recommencer à réfléchir par nous-mêmes. Ce n’est pas la politique de détente qui a conduit à la crise actuelle - après tout, elle a permis la réunification pacifique de l’Allemagne -, c’est l’expansion de l’OTAN cinq fois à l’Est et le refus obstiné de l’establishment politique et militaire de répondre à la demande de Poutine de garanties de sécurité juridiquement contraignantes.

Nous vivons effectivement un tournant, mais pas de la manière dont les récits des politiciens et des médias dominants voudraient nous le faire croire. La tentative de maintenir un monde unipolaire dans lequel seuls les États-Unis et le Royaume-Uni sont aux commandes a échoué. La majorité des nations du monde est en train de construire un ordre mondial basé sur les cinq principes de la coexistence pacifique, et permettant le développement économique de tous.

L’Allemagne [Tout comme la France - NdlR] ne sera pas souveraine et restera un pays occupé aussi longtemps que nous lui permettrons de l’être dans nos esprits. Nous devons travailler maintenant pour une paix réelle, pour une solution diplomatique, et au-delà pour une nouvelle architecture internationale de sécurité et de développement qui garantisse la survie de l’humanité.

Nous vous invitons à circuler auprès de vos élus, cette déclaration et à faire signer l’Appel de l’Institut Schiller à convoquer une conférence internationale pour une nouvelle architecture de sécurité et de développement pour toutes les nations,

[1[Christine Lambrecht ministre fédérale de la Défense d’Allemagne,
Annalena Baerbock ministre fédérale des Affaires étrangères d’Allemagne,
Ursula Von der Leyen présidente de la Commission européenne et ancienne ministre fédérale de la Défense d’Allemagne -NdlR]