News / Brèves
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

Conférence de l’Institut Schiller du 10 et 11 septembre 2022
Ding Yifan : LaRouche est un précurseur de « La ceinture et la route »

Printable version / Version imprimable

Christine Bierre
rédactrice-en-chef
du journal Nouvelle Solidarité,

Lors de la conférence commémorative de l’Institut Schiller pour le centenaire de la naissance de notre ami Lyndon LaRouche, les 10-11 septembre, M. Ding Yifan, directeur adjoint de l’Institut de recherche sur le développement mondial au Centre de recherches sur le développement de la Chine, a évoqué sa rencontre avec Lyndon LaRouche et ses contributions à la science de l’économie.

La présentation-vidéo de M. Ding Yifan est en anglais, débutant à 1:04:24

Je suis très heureux d’être invité à dire quelques mots sur les contributions de Lyndon LaRouche à la compréhension du monde actuel. J’ai eu connaissance de ses travaux lorsque j’ai rencontré Jacques Cheminade en France. Il m’a présenté le livre de Lyn, Alors, vous voulez tout savoir sur l’économie ?

JPEG - 86 ko
Alors vous voulez tout savoir sur l’économie ?

C’est la première fois que j’entendais parler d’économie physique. En lisant cet ouvrage, de nouveaux concepts m’ont frappé, tels que l’entropie dans une économie. Si une économie est entropique, elle finira par manquer de l’énergie nécessaire à son développement.

La technologie et l’innovation technique sont la clé pour maintenir la dynamique de développement et c’est un facteur anti-entropique important.

Ce que Lyn nous a dit à propos des facteurs entropiques dans une économie pourrait également s’appliquer au secteur financier d’aujourd’hui. En effet, au lieu de fournir les fonds nécessaires à l’économie réelle comme il se doit, le secteur financier actuel a inventé un grand nombre de produits qui tournent sur eux-mêmes. Ce processus devient donc entropique et épuise beaucoup de ressources.

Lyn avait prédit, à juste titre, de nombreuses crises financières, parce qu’après avoir découvert une déviation des investissements financiers par rapport à l’économie réelle, il voyait arriver le danger.

Lyn avait prédit, à juste titre, de nombreuses crises financières en Amérique latine et en Asie... C’est pourquoi il avait une grande influence dans ces régions.

A Washington DC, j’ai été présenté à Lyndon LaRouche par Mike Billington, et Lyn m’a beaucoup parlé de l’évolution du synarchisme en Europe et dans le reste du monde. Il m’a dit que ceux qui cherchent à contrôler les pays en se mêlant de leurs crises financières, pourraient négliger le danger des gains financiers.

En entraînant d’autres pays dans des crises financières, ces synarchistes pourraient peut-être réussir, au début, à obtenir leur part de la tonte des moutons, mais, en dernier analyse, ils risquent de tuer tous les moutons, mettant ainsi fin à toute possibilité de partage de la tonte.

C’est pourquoi, après plusieurs cycles de crise financière en Amérique latine, en Asie et en Europe, la crise financière s’est finalement abattue sur les États-Unis.

Lyn croyait fermement aux investissements dans les infrastructures. Il pensait qu’ils peuvent contribuer à développer l’économie à long terme et jeter les bases d’un développement sain.

Lyn a toujours prôné une coopération renforcée entre la Chine, les Etats-Unis et la Russie, officiellement dans le domaine de la construction d’infrastructures. En ce sens, il peut également être considéré comme un précurseur de l’initiative chinoise « Une ceinture, une route ».

Aujourd’hui, alors que nous commémorons le centenaire de Lyn, nous devrions considérer sérieusement son héritage politique, car il nous a dit qu’on ne peut faire progresser l’humanité qu’en promouvant l’innovation technologique et la coopération internationale, et non par l’affrontement.

Si nous laissons le contrôle du monde à ceux qui trouvent leur intérêt dans les guerres et l’escalade des tensions géopolitiques, le monde sera entraîné dans une spirale vicieuse qui aboutira à la destruction de notre planète.

Nous devons donc nous lever et dire non à ces va-t-en-guerre.

Merci.